Catégories
Droit

Quels sont les droits fondamentaux ?

Quels sont les droits fondamentaux ?

Pour prévenir les abus qui menacent la civilisation entière, pour créer le bonheur pour tous et pour empêcher de grandes souffrances injustifiées, tous les droits fondamentaux sont accordés à tous les individus dans chaque société civilisée.

La déclaration en italique est également le sens à la Constitution française : La loi accorde tous les droits fondamentaux qui ne sont pas déjà accordés dans d’autres parties de la Constitution. En outre, chaque droit est une liberté puisqu’il empêche certaines restrictions sur l’état du corps ou de l’environnement d’une personne ; la liberté ne peut être refusée sans « une procédure légale régulière » ; et il n’y a pas de procédure légale régulière (appropriée) pour refuser les droits fondamentaux puisque la négation de ces droits est intrinsèquement inappropriée puisque les droits fondamentaux sont ceux dont la protection est essentielle pour la société.

La liberté est la capacité de faire ce que l’on veut ; ainsi, toutes les restrictions sont des privations de liberté ; cependant, certaines restrictions sont appropriées et donc soumises à une procédure légale régulière. La liberté de contrôler d’autres personnes est une liberté puisque le droit d’obtenir ce que l’on veut (ou même simplement la liberté de ne pas être soumis à des contraintes physiques) n’a aucun sens sans un certain contrôle sur les autres personnes. Ce document décrit, explique et justifie les droits de l’homme et leur protection par la Constitution française.

Égalité devant la loi

La loi interdit toute discrimination déraisonnable par les lois, c’est-à-dire toute discrimination par des critères non pertinents pour l’application de la loi. Le fait de discriminer, c’est-à-dire de punir, des personnes sur la base de critères non pertinents les priverait de leur liberté sans « procédure légale régulière » puisqu’une procédure légale régulière ne peut être basée que sur des critères pertinents. Une telle discrimination s’est produite et se produit encore en raison des préjugés du législateur, ce qui nuit grandement à la société. En général, les lois ne peuvent pas faire de discrimination fondée sur la race, le sexe, l’âge et d’autres critères non pertinents tels que l’orientation sexuelle, la culture ethnique et la religion. Interdire certaines actions (à plusieurs exceptions près) simplement en raison de l’âge priverait arbitrairement certaines personnes de leurs droits. L’âge en soi n’a aucune pertinence puisque toutes les personnes sont fondamentalement égales et qu’il existe des méthodes beaucoup plus précises que l’âge pour différencier les personnes. Les lois peuvent établir une discrimination sur la base de critères pertinents, à savoir les capacités, les performances (réelles et attendues) et parfois les activités passées. Les activités passées ne sont pertinentes qu’en tant que déterminants des récompenses et des punitions ; dans d’autres cas, les personnes doivent être différenciées mais par ce qu’elles sont maintenant et non par ce qu’elles ont fait dans le passé. Il n’est généralement pas permis de rendre les installations séparées mais égales pour différents groupes car même si les installations sont totalement égales, les personnes environnantes ne le sont pas. Une certaine compensation pour les personnes discriminées est souhaitable ; cependant, la compensation doit être basée sur les critères pertinents (la discrimination réelle) plutôt que sur des critères non pertinents tels que la race (c’est-à-dire la quantité de pigment (mélanine) dans la peau).

Droit de vote :

Le droit de vote est une « protection légale » essentielle. Toutes les personnes sont fondamentalement égales, et le bien-être de chacun est donc d’égale importance pour la société. L’inégalité est autorisée tant qu’elle augmente le bien-être total de la société. Comme les gens ont tendance à être égoïstes, la seule façon pratique de faire travailler le gouvernement à de tels objectifs est de rendre le gouvernement démocratique, c’est-à-dire dirigé (généralement indirectement) par le peuple par le biais du vote. Chaque personne doit avoir le droit de vote. Ce droit fondamental doit être accordé de la même manière à tous et le gouvernement doit être contrôlé (indirectement) par le vote. Dans le cas contraire, le pouvoir appartiendrait à une élite (ceux qui peuvent voter) qui peut choisir de l’utiliser à son profit aux dépens des autres. Il est essentiel pour le gouvernement d’améliorer le pays et de servir le peuple, et il est donc essentiel de ne pas donner au gouvernement le pouvoir d’ignorer le peuple en refusant à certains le droit de vote. L’absence de discrimination arbitraire des intérêts ne peut avoir de sens que si le gouvernement doit tenir compte de l’intérêt de chacun, et une telle exigence ne peut être satisfaite que par la démocratie. Par souci d’efficacité, de nombreux pouvoirs du gouvernement peuvent être confiés au président ; cependant, les droits fondamentaux doivent être préservés et le président doit être périodiquement élu (directement ou indirectement) par le peuple.

La liberté de communication

Pourquoi la liberté de communication est fondamentale :

Le libre échange d’idées est essentiel au développement et à l’évolution de la société. De plus, si l’information peut profondément aider, elle ne peut pas nuire : ce sont les actions, et non l’information, qui causent des dommages ; le gouvernement devrait réglementer les actions, et non les discours. Priver une personne d’informations fausse la prise de décision et peut empêcher des améliorations essentielles. Avec la liberté d’information, les gens décident comment utiliser l’information dans leur meilleur intérêt.

Des changements nécessaires, apparemment mauvais, se sont souvent produits dans l’histoire en raison des informations sur la possibilité de changement. Le gouvernement ne peut généralement pas être correct lorsqu’il décide quelles informations sont nécessaires pour qui. Il est impossible de prouver qu’une information particulière n’est pas essentielle à la société – tout ce que l’on peut prouver, c’est que les censeurs n’ont pas considéré le contenu comme bénéfique pour les censeurs. Il n’y a pas de procédure légale pour imposer la censure puisque toute procédure légale exige l’examen public des raisons de la censure et que ces raisons ne peuvent être correctement examinées sans rendre le document censuré accessible au public afin que les allégations sur le contenu du document puissent être vérifiées. (Si la censure ne s’applique qu’à un destinataire particulier, la procédure légale exige l’examen des raisons de la censure par le destinataire, et donc la réception du document à censurer. Les raisons peuvent être fallacieuses et la détection de l’erreur peut nécessiter une connaissance particulière du destinataire). Les censeurs (qui peuvent être égoïstes et étroits d’esprit) peuvent être malhonnêtes, car il n’y a aucun moyen de vérifier leur honnêteté sur le contenu censuré ; historiquement, la malhonnêteté a été largement utilisée pour tromper la société et lui faire croire à la nécessité de la censure. Enfin, le libre échange d’idées est essentiel pour un vote informé et donc essentiel pour une société démocratique. Il est inutile de sonder les gens sur leurs idées s’ils ne peuvent pas les communiquer ; la société ne peut pas être démocratique si le gouvernement peut empêcher certaines idées et donc empêcher la démocratie sur certaines questions (importantes). Par conséquent, le libre échange d’idées et d’informations, appelé liberté de communication, est un droit fondamental et est accordé à tous les citoyens. La liberté de communication doit être accordée à toutes les personnes car empêcher une personne (toute personne) de communiquer une idée (n’importe quelle idée) bloquerait cette idée, et empêcher une personne d’obtenir une idée empêche la personne de communiquer des idées basées sur cette idée et bloque donc les idées. Autoriser la censure dans tous les cas donnerait au gouvernement le pouvoir de censurer et donc de mettre en danger la société.

Échange d’informations :

Les idées peuvent être présentées comme une séquence de zéros et de uns et constituent donc des informations. Un zéro ou un un est une idée. Une combinaison d’idées est une idée. Comme toutes les informations peuvent être présentées sous la forme d’une séquence de zéros et de uns, toutes les informations sont des idées. Ainsi, le libre échange d’idées signifie le libre échange d’informations. Interdire le transfert, l’accès ou le stockage de toute séquence de zéros et de uns d’une personne à une autre serait donc une violation de la liberté de communication. Ainsi, les informations, même si elles sont répréhensibles (comme la pornographie enfantine ou les informations sur la manière dont les lois peuvent être violées) ou obtenues à l’origine par des moyens douteux (comme les enregistrements audio illégaux) doivent toujours être protégées. La mise hors la loi de la pornographie enfantine (ou de toute autre information) rendrait impossible la connaissance correcte des lois considérées et violerait ainsi le droit d’influencer le gouvernement.

Sécurité nationale :

La sécurité nationale peut être protégée par des vérifications d’antécédents et des contrats de non-divulgation. La censure n’empêche pas le terrorisme, car les terroristes n’obéissent pas aux lois et une censure complète n’est pas pratique. Comme l’information n’est pas un objet physique, elle n’existe pas dans ce monde et ne peut donc pas être interdite de la même manière que les objets dangereux. La censure est cependant incompatible avec la démocratie et est donc anticonstitutionnelle même si elle semble nécessaire pour la sécurité nationale. Les avantages de la censure, aussi importants soient-ils, peuvent être illusoires. L’illusion peut persister car l’information sur les méfaits de la censure est elle-même censurée. Le danger de la censure est bien plus grand que la prétendue (éventuellement illusoire) diminution de la sécurité nationale lorsque certaines informations sont divulguées. La liberté d’expression est une contrainte pour le pouvoir gouvernemental : si le gouvernement a le pouvoir de censurer, alors le gouvernement est totalitaire car, en restreignant la liberté d’expression, le peuple serait convaincu de suivre le gouvernement même si celui-ci a tort.

Les restrictions suivantes ne violent pas la liberté de communication puisqu’elles n’empêchent pas l’échange d’idées :

  • Restrictions sur le moyen de communication en raison de problèmes liés à l’utilisation du moyen de communication par opposition au message. Par exemple, dans certains endroits, les gens peuvent être obligés de parler doucement pour éviter toute perturbation. Les restrictions ne peuvent pas être utilisées pour empêcher l’échange d’idées : Elles sont utilisées pour assurer la sécurité. Le gouvernement ou des personnes privées peuvent être propriétaires de certains moyens de communication. Le gouvernement peut réglementer la diffusion télévisée parce qu’il est propriétaire du média.
  • Les personnes qui font des réclamations légales sont responsables du contenu. Certaines revendications sont faites implicitement. Dans la plupart des cas, par défaut, lorsqu’une personne dit quelque chose, on prétend que la communication n’est pas délibérément fausse. En outre, dans de nombreux cas, une suggestion faite par défaut comprend une affirmation selon laquelle la suggestion est sûre et légale. Pour permettre le libre échange d’idées, les personnes doivent être autorisées à utiliser une clause de non-responsabilité pour supprimer la responsabilité. Les revendications politiques ordinaires ne sont pas des revendications juridiques.
  • La liberté de communication n’inclut pas le droit de forcer les gens à voir la communication. Le gouvernement peut, par exemple, exiger un avertissement avant qu’un film obscène ne soit projeté à une personne. Pour permettre le libre échange d’idées, les gens doivent être autorisés à montrer l’information à condition que le destinataire soit averti et accepte de voir l’information.

Lois sur le droit d’auteur :

La capacité à posséder quelque chose signifie la capacité à contrôler. Comme les gens contrôlent par des actions réelles, ils ne contrôlent que des objets réels. L’information n’est pas un objet réel. Ainsi, on ne peut pas posséder l’information : « contrôle de l’information » signifie le contrôle partiel des personnes qui pensent l’information. Ainsi, les lois sur les droits d’auteur n’ont pas été créées pour protéger les droits des « propriétaires d’informations » mais pour augmenter les revenus provenant de la découverte d’informations. Les lois sur le droit d’auteur interdisaient la distribution d’informations/idées à moins que le découvreur original n’accorde son consentement ou que des conditions spéciales ne soient remplies. Note : Les « œuvres littéraires » sont des informations puisqu’elles peuvent être représentées sous la forme d’une séquence de caractères. Comme les lois sur le droit d’auteur empêchent le libre échange d’informations, elles sont inconstitutionnelles et violent les droits fondamentaux. (Le gouvernement devrait indemniser les découvreurs d’informations directement plutôt que par le biais des lois sur les droits d’auteur).

La liberté de pensée :

La liberté de communication est, bien sûr, basée sur la liberté de pensée. La liberté de pensée doit être accordée sans condition, parce qu’elle est nécessaire à la communication humaine et parce que c’est la capacité universelle de penser qui nous rend humains. La liberté de communication inclut la liberté de religion, car la religion est faite d’idées et d’informations.

Contrats de non-divulgation :

Si une personne a conclu un contrat de non-divulgation, elle ne peut être empêchée de divulguer des informations puisque celles-ci sont protégées par la liberté de communication. Cependant, dans certains cas, la personne peut être pénalisée pour avoir violé le contrat – techniquement, la pénalité n’est pas pour le discours mais pour avoir conclu le contrat.

Les marques :

L’application des marques n’est constitutionnelle que si elle met fin aux allégations fausses ou trompeuses (implicites), c’est-à-dire lorsque l’étiquetage porte à confusion.

Ordonnances de non-communication :

Les ordonnances peuvent être utilisées pour limiter les types de contact (en particulier pour les types de contact ennuyeux, tels que les appels téléphoniques) mais une ordonnance générale de non-communication viole la liberté d’expression car il n’y a aucun moyen d’être certain à l’avance que le destinataire du discours ne voudra pas de ce discours (ajouté le 24 octobre 2016).

Les messagers :

La communication directe étant fortement limitée, la liberté d’expression inclut le droit d’être un messager. Si le messager indique clairement qu’il n’est pas responsable du contenu du message et qu’il le transmet de manière discrète, il ne peut être tenu pour responsable du contenu du message. Un fournisseur de services Internet est un messager.

Équipement de communication :

La liberté de communication n’a aucun sens si l’équipement nécessaire à la communication est illégal. Ainsi, dans une mesure raisonnable, les équipements utilisés pour stocker, lire et enregistrer, écrire et produire, transférer et manipuler des informations sont protégés par la liberté de communication. Si les équipements de communication physiquement dangereux peuvent être réglementés, le droit fondamental de produire, de vendre et d’utiliser des équipements de communication pour tout contenu (y compris les contenus répréhensibles et protégés par le droit d’auteur) est fondamental.

Récompenses, punitions et discours :

Le financement sélectif de la parole (ou d’autres communications) ne viole pas la liberté d’expression (bien qu’il puisse violer d’autres droits). Toutefois, les bénéficiaires de fonds publics ne peuvent pas être punis par le retrait de fonds pour un discours qui n’est pas financé, sauf dans les cas d’accords de non-divulgation.
Le financement de la parole par des entités privées est protégé dans la mesure nécessaire à la prise de parole, mais peut être soumis à certaines réglementations.
(Ajouté le 29 juin 2006) Les employés du gouvernement, comme tout le monde, jouissent de la liberté d’expression à titre privé. Cependant, le discours peut être utilisé comme preuve que l’employé est inapte ou dangereux, qui peut être licencié sur la base de son inaptitude mais pas sur la base du discours lui-même.

Conseils professionnels :

La liberté d’expression protège la liberté d’expression en tant que discours. Toutefois, ces conseils sont généralement accompagnés de revendications implicites – un médecin affirme généralement implicitement qu’il est compétent pour donner l’avis médical et que cet avis est dans l’intérêt du patient – et les violations de ces revendications peuvent constituer une base pour une action en justice.

Communication privée et anonyme :

Les personnes privées punissent souvent sévèrement les gens pour leurs communications. Pour avoir un sens, la liberté de communication doit offrir des protections efficaces contre les restrictions imposées par les personnes privées. En conséquence, pour permettre une communication sans sanction, le grand public se voit accorder le droit de faire des communications anonymes et privées. Les intermédiaires de ces communications ne peuvent être contraints de conserver des enregistrements de ces communications, car ces enregistrements permettent des réductions futures. De tels enregistrements donneraient au gouvernement le pouvoir de restreindre la liberté d’expression et d’imposer un danger inacceptable aux droits fondamentaux. La détermination forcée de l’identité par le gouvernement doit inclure une procédure légale régulière, en particulier le locuteur anonyme doit être autorisé à contester (sans révéler l’identité) la décision du gouvernement. Le gouvernement peut toutefois recourir à un nombre raisonnable d' »écoutes téléphoniques » dans le cadre d’enquêtes criminelles et autres. En outre, le droit à la communication privée et anonyme peut cesser de devenir fondamental si un changement radical de la nature humaine élimine les dangers décrits ci-dessus.

Communication forcée :

Le droit de partager des idées exige le droit de dire en quelles idées on croit. Forcer une personne à affirmer une idée viole ce droit et est donc (en général) inconstitutionnel.

Autres droits

Une procédure régulière avant la punition :

Les droits de l’homme ne sont réels que lorsqu’ils sont appliqués, c’est-à-dire seulement si les personnes sont protégées contre les punitions arbitraires. Un droit fondamental est refusé si une personne est punie pour avoir exercé ce droit ; si le gouvernement peut punir les gens arbitrairement, il peut alors les punir pour avoir exercé leurs droits ; ainsi, le droit de ne pas être privé de liberté sans une procédure légale régulière (c’est-à-dire arbitrairement) est fondamental. Avant l’administration d’une peine (à moins que la peine soit mineure ou que la « punition » soit une procédure normale (comme le refus d’un prix dans un concours), auquel cas l’examen et, le cas échéant, la réparation de la punition injustifiée (sans cette réparation, la protection contre les punitions mineures ne serait pas efficace) peuvent être donnés après la punition), le défendeur doit avoir le droit à un procès public dans les conditions suivantes : un juge/jury raisonnable et principalement impartial, et le droit de présenter et, si nécessaire, de forcer la création de preuves. Le dernier droit comprend le droit d’interroger les témoins et de forcer la réalisation de tests ADN si nécessaire. Sans un tribunal raisonnable et surtout impartial, les décisions du tribunal pourraient être arbitraires. Une restriction du droit de présenter et (dans une mesure raisonnable) de forcer la création de preuves rendrait le verdict inutilement inexact et rendrait donc la sanction arbitraire. Le droit de présenter des preuves comprend le droit du défendeur de permettre à presque toute personne de s’exprimer devant le tribunal et d’expliquer les preuves : Une restriction sur la personne qui peut (avec le consentement du défendeur) présenter les preuves (et les arguments) restreindrait effectivement les preuves puisque la personne peut avoir des idées particulières sur les preuves. Le procès doit être public et toutes les preuves utilisées par le gouvernement ou le plaignant doivent être accessibles au public afin que les abus de pouvoir puissent être détectés et corrigés démocratiquement par le public. Le défendeur doit avoir accès à toutes les preuves utilisées contre lui car les preuves peuvent être fallacieuses ; la protection contre les punitions arbitraires exige la protection contre les preuves fallacieuses, et les falsifications ne peuvent être exposées de manière fiable que lorsque le défendeur et le public peuvent les examiner. Le condamné doit avoir le droit de faire réexaminer l’affaire s’il existe des preuves substantielles (soit sur les faits, soit sur le droit (ou sur la Constitution)) pour démontrer son innocence ou un vice grave du procès : Continuer à punir le condamné après qu’il a été déclaré innocent (ou après la découverte que le procès était clairement inadéquat et sans nouveau procès) violerait le droit fondamental contre les punitions arbitraires. Le droit de forcer la création de preuves s’applique également (dans une mesure raisonnable) après la condamnation puisque sans nouvelles preuves, la condamnation sera indûment incertaine et donc inconstitutionnelle. Pour prévenir les punitions arbitraires, injustifiées ou servant de prétexte, la norme de preuve doit être suffisamment élevée – la norme « Certaines preuves » est insuffisante pour les punitions sévères telles que l’emprisonnement ou l’expulsion.

Double incrimination :

Afin d’éviter les punitions arbitraires qui risquent de se produire si le gouvernement tente (pour un crime) une personne plusieurs fois, le gouvernement est limité dans le nombre de fois qu’il peut accuser une personne du même crime ou de crimes similaires.

Auto-incrimination :

Une personne ne peut être forcée à s' »incriminer » elle-même, car si elle est obligée de s’incriminer elle-même, elle est souvent forcée de mentir (au lieu de se taire) pour éviter une punition (éventuellement sévère) pour le crime qu’elle a commis. De tels actes sont cruels et arbitraires, et violent donc les droits fondamentaux. L’auto-incrimination viole également le droit à la vie privée.

Droit de connaître les lois :

Une punition pour un acte est arbitraire si la personne punie ne pouvait pas connaître les lois sur lesquelles elle est basée avant la punition et si l’acte ne viole pas les droits fondamentaux ni n’est manifestement mauvais et nuisible. Ainsi, le droit d’obtenir un avis consultatif (d’une autorité compétente) sur la signification d’une loi vague et de ne pas être puni pour avoir violé une telle loi lorsque l’action est légale en vertu de l’avis consultatif est, dans une large mesure, un droit fondamental.
Qu’est-ce que la sanction ? Toute discrimination est une punition, puisque la personne est punie pour avoir fait l’objet d’une discrimination, sauf que la discrimination par des personnes privées (qui n’ont pas d’autorité spéciale) qui ne porte pas atteinte aux droits fondamentaux n’est pas considérée comme une punition. Ainsi, les recours dans les affaires civiles, les actions administratives et la punition des enfants par les parents sont des exemples de punitions.

Droit à un avocat :

Étant donné que les affaires pénales et certaines autres affaires sont complexes et peuvent entraîner des sanctions sévères, le défendeur a, dans ces cas, le droit fondamental à un ou plusieurs avocats compétents, même s’il ne peut pas payer l’avocat. Sans avocat, la décision du tribunal risque d’être beaucoup plus inexacte et donc arbitraire : Le défendeur peut être incapable d’examiner correctement les preuves et d’analyser la loi, ce qui fait que les décisions sont basées sur les mauvaises interprétations souvent intentionnelles de l’accusation. Ce droit s’étend à tous les cas d’emprisonnement ou d’expulsion (et à certains autres cas également) (phrase ajoutée le 28 septembre 2015). Dans tous les cas, il est possible de recourir à l’assistance consensuelle d’un avocat de son choix, même si celui-ci n’est pas autorisé à pratiquer le droit (phrase ajoutée le 4 novembre 2016).

Application de la loi discriminatoire :

L’application discriminatoire de la loi punit les criminels contre lesquels l’application de la loi a été discriminatoire, et les victimes qui se sont vu refuser une protection en raison d’un manque d’application de la loi. Comme ces sanctions sont arbitraires, les droits fondamentaux comprennent des protections significatives contre une application discriminatoire de la loi.

Ordonnances des tribunaux :

Les ordonnances, les recours et les condamnations des tribunaux sont des lois puisqu’elles limitent les actions et doivent donc être annulées si elles violent les droits constitutionnels (et donc fondamentaux). Toutefois, pour prévenir les troubles, les personnes peuvent être punies pour avoir refusé de se conformer à des ordonnances judiciaires incorrectes, sauf dans certains cas, comme lorsque l’ordonnance est intrinsèquement incorrecte. Étant donné que la censure est toujours inappropriée, l’application de la censure constituerait une punition arbitraire (et violerait la démocratie). Étant donné que les tribunaux décident du moment où ils doivent condamner des personnes pour outrage (même pour avoir violé des ordonnances qui sont inconstitutionnelles tant que le tribunal estime que l’ordonnance est constitutionnelle), la limitation des ordonnances des tribunaux ne restreint pas indûment les tribunaux. Bien que la sanction pour outrage au tribunal soit une action administrative, l’accusé doit bénéficier de tous les droits à une procédure régulière.

À propos des sanctions :

Une punition ne peut être cruelle et ne peut pas nier les droits fondamentaux (tels que la liberté de communication et la protection contre les mesures disciplinaires arbitraires), car certaines personnes sont condamnées/punies à tort, dans certains cas, la violation d’une loi est le meilleur choix, et les droits fondamentaux sont accordés à tous. L’objectif des sanctions est d’améliorer la situation du délinquant, de l’empêcher de commettre des crimes, de dissuader les gens (y compris le délinquant) de commettre des crimes et d’indemniser la victime (par des amendes ou peut-être des services), mais pas de lui causer de la peine. Le bien-être total de la société est la somme du bien-être individuel et comprend donc le bien-être des criminels. Les protections (et les procédures régulières avant la punition) sont contre toute forme de pouvoir tel que le gouvernement, les hôpitaux psychiatriques et les membres de la famille. Comme les punitions ne peuvent pas être arbitraires, elles ne peuvent pas être arbitrairement sévères ou grossièrement disproportionnées par rapport à l’infraction.

Assemblée et interaction :

Étant donné que la réunion (assemblée) est une méthode (un moyen) de communication, la Constitution française protège la liberté de réunion (sous certaines restrictions) en tant que droit fondamental. La liberté d’interaction (dans une mesure raisonnable) est un droit fondamental qui est une extension de la liberté de réunion. L’interaction peut être utilisée pour la communication. En outre, lorsque toutes les parties concernées donnent un consentement éclairé et que l’interaction ne cause pas de dommages particuliers, le gouvernement n’a pas d’objectif légitime pour réglementer l’interaction et la restriction serait donc sans procédure légale régulière. Tout groupe de personnes consentantes (y compris les enfants, mais à l’exclusion de ceux qui sont punis pour un crime) a le droit constitutionnel d’avoir des relations sexuelles (ou toute autre interaction) les uns avec les autres tant qu’il n’y a pas de danger réel de dommage/maladie physique et que soit il n’y a pas de dommage psychologique réel, soit chaque personne lésée reçoit des conseils et des informations psychologiques appropriés (avant, pendant et après l’activité) et chacune des personnes lésées donne son consentement dans un état d’esprit approprié. Une restriction de l’interaction peut toutefois être utilisée comme sanction d’un crime.

Égalité religieuse :

La meilleure religion est sélectionnée par le biais d’une libre concurrence des religions. Par conséquent, la constitution interdit explicitement au gouvernement de faire avancer une religion de manière sélective. Le soutien arbitraire d’une religion par un État violerait l’égalité de protection en vertu des lois et des procédures légales et est donc inconstitutionnel – certaines personnes perdent leur confort (qui, en tant que droit, est une liberté) lorsqu’un État préconise une religion. En outre, le soutien d’une religion par un gouvernement rend la concurrence entre les religions inégale et peut donc empêcher le triomphe de la meilleure religion. Le soutien peut être physique ou verbal (le soutien verbal signifie embrasser et enseigner les doctrines religieuses en tant que connaissance officielle). Le financement de l’endoctrinement religieux favorise l’établissement d’une religion. Lorsqu’il finance les écoles paroissiales, le gouvernement peut financer les composantes laïques mais non religieuses de l’enseignement. Le financement peut être basé uniquement sur les composantes laïques. Tout comme les droits de l’homme imposent des limites strictes au financement public des écoles, l’adhésion aux droits fondamentaux interdit la plupart des financements publics pour des services (tels que l’éducation) que les prestataires de services n’offrent qu’aux membres d’une certaine religion. Le fait d’accorder aux églises de larges exceptions à l’application des lois favorise la religion (puisque les organisations « non religieuses » ne bénéficient pas de ces exceptions) et est donc anticonstitutionnel.

Droits de la personne :

Dans une mesure raisonnable, le droit de contrôler son corps et de ne pas le voir endommagé est fondamental, car ce droit est nécessaire à une existence correcte et donc à la préservation d’autres droits. (Toutefois, ce droit exclut (dans une mesure raisonnable) le droit de nuire à son corps ; l’usage de drogues nocives n’est pas protégé par la Constitution française). L’avortement consiste à contrôler son corps en prélevant un ensemble de cellules étrangères et est donc (dans une mesure raisonnable) un droit fondamental. Les soins médicaux nécessaires pour ceux qui paient et acceptent de le faire sont également, dans une mesure raisonnable, un droit fondamental puisque ces soins sont nécessaires pour contrôler son corps et prévenir les lésions corporelles ou la mort. Des dommages corporels irréparables et importants (tels que l’amputation) peuvent rendre impossible une existence normale et violent le droit de corriger le verdict si celui-ci est jugé incorrect, et sont donc inconstitutionnels, sauf s’ils sont nécessaires pour empêcher la victime de causer des dommages graves et immédiats, ou si la victime consent en connaissance de cause et conserve son consentement à tout moment, soit le dommage a été clairement démontré comme étant bénéfique pour le corps de la victime, soit le dommage est accidentel et la victime n’a pas été forcée (sauf si cela est nécessaire pour préserver d’autres personnes de dommages immédiats) à pénétrer dans la zone à haut risque et l’accident n’est pas dû à des actions délibérées visant à provoquer de tels accidents. Lorsqu’un dommage corporel irréparable est causé pour contraindre la victime, le dommage ne peut être causé que lorsqu’il est nécessaire pour empêcher des dommages graves immédiats (tels que des dommages graves à d’autres personnes ou la fuite d’un criminel dangereux) et seulement si la personne qui cause le dommage prend des mesures raisonnables suffisantes pour persuader la victime de coopérer, mais que celle-ci refuse. Infliger une douleur physique inacceptable ou d’autres choses cruelles ou fortement coercitives telles que la privation sensorielle ou de sommeil ou le viol en guise de punition viole les droits fondamentaux parce que la douleur physique peut effectivement forcer (par opposition à persuader) une personne à parler et à se comporter d’une manière particulière et peut donc être facilement utilisée pour violer les droits fondamentaux : La protection des droits fondamentaux est fondamentale, et elle exige le déni de pouvoir, ou du moins d’autorité, pour violer les droits. Puisque le pouvoir de réduire la santé implique le pouvoir de tuer, la réduction de la santé ne peut pas être utilisée comme une punition.

Les prisonniers doivent recevoir des soins médicaux appropriés car le manque de soins médicaux peut causer une douleur ou une mort inacceptable et le gouvernement, en emprisonnant les prisonniers, les empêche d’obtenir des soins médicaux par eux-mêmes ou de travailler pour payer les soins médicaux – le refus de soins médicaux violerait effectivement le droit de ne pas subir de préjudice corporel. Les soins médicaux compensent également le fait que les prisons ont tendance à être insalubres. En outre, le gouvernement doit prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et la satisfaction des besoins fondamentaux des personnes qu’il contraint à se rendre dans certains lieux (comme les prisonniers). Dans le cas contraire, la contrainte violerait effectivement le droit de ne pas subir de préjudice corporel.
Traitement psychologique forcé : Étant donné que le traitement psychologique modifie la pensée et que la liberté de pensée est inaliénable et constitue la base de tous les droits, le traitement psychologique forcé (c’est-à-dire sans consentement préalable (en connaissance de cause) ou avec retrait du consentement) doit être sévèrement limité. Un tel traitement doit préserver la liberté de pensée. La chirurgie du cerveau et les autres méthodes invasives (comme les électrochocs) ne peuvent être administrées de force pour corriger des problèmes psychologiques. Les médicaments psychoactifs ne peuvent pas être administrés de force, sauf si leur effet est très léger. L’hypnose ne doit pas être involontaire. Il faut plutôt recourir à un traitement non invasif (comme le conseil) et, lorsque cela est approprié, il faut persuader le patient d’accepter un autre traitement. Bien que, dans certains cas, un traitement psychologique invasif forcé puisse être bénéfique, les violations de la liberté de pensée sont toujours dangereuses et ne peuvent jamais être acceptées.

La propriété :

Étant donné que, pour une existence correcte (et pour la production de la parole), les gens peuvent avoir besoin de certains des objets qu’ils possèdent, les droits de propriété privée sont (dans une mesure raisonnable) fondamentaux. Le droit de contrôler des objets étant une liberté, la privation de propriété sans procédure légale régulière viole les droits fondamentaux. Les droits de propriété comprennent le droit au corps, le droit de posséder des objets, le droit de contrôler les objets que l’on possède et une liberté (limitée) de conclure des contrats (contraignants). Le droit de payer les équipements de communication pour communiquer et le droit de vendre des livres et d’autres dispositifs de stockage de données (avec des informations) est (dans une mesure raisonnable) fondamental, car sinon la communication peut être impossible. Les droits de propriété sont également très importants en tant qu’incitations économiques.

Les fonctionnaires ne peuvent pas être licenciés en raison de leurs opinions sur des questions sans rapport avec leurs performances, car leur licenciement constitue une discrimination fondée sur des critères non pertinents.

En raison de la nécessité impérieuse de ne pas créer de personnes nuisibles, le droit constitutionnel de reproduction est très limité.

Restrictions constitutionnelles sur les entités privées :

La loi lie tout le monde (la privation de liberté par une personne privée est une privation de liberté et nécessite donc une procédure légale régulière), ses restrictions sur les actions des personnes privées sont légères puisque les personnes privées n’ont qu’un pouvoir limité et doivent jouir de la liberté de choisir leurs actions et de la liberté de faire des lois (par le biais des législatures). Toutefois, une entreprise peut, à des fins pratiques, devenir une entité publique si elle reçoit un financement important du gouvernement, si elle se voit accorder des droits spéciaux par le gouvernement ou si elle remplit des fonctions typiques du gouvernement (comme le service de police ou la fourniture de certaines infrastructures). Ces entreprises sont soumises à des restrictions constitutionnelles similaires à celles des organismes publics, car il n’y a pas de raison impérieuse pour que les contraintes imposées à un organisme dépendent du fait qu’il soit formellement une entité publique ou qu’il soit une entité publique à des fins pratiques.

Droits des immigrés :

Comme tous les droits fondamentaux font partie de la Constitution française, qui est la loi suprême du pays, ils s’appliquent à toutes les personnes (y compris les immigrants illégaux) en France. (Comme la Constitution est juridiquement contraignante pour tous les habitants de la France, elle s’applique à tous les habitants de la France). Le gouvernement se réserve toutefois le droit de mettre en place des restrictions à l’immigration et d’ordonner des expulsions. La politique d’immigration arbitraire prive les Américains de la liberté d’être avec les immigrants sans procédure légale et est donc anticonstitutionnelle (et viole les droits fondamentaux). L’expulsion est une punition et nécessite des audiences (ouvertes) appropriées et des possibilités de contrôle judiciaire.

Vote :

Les immigrés peuvent voter dans le pays dont ils sont citoyens. La France ne contrôlent pas les immigrés car ceux-ci appartiennent à leur pays d’origine (où ils devraient avoir le droit de vote), de sorte que les immigrés (qui ne sont pas citoyens français) n’ont pas le droit constitutionnel de voter en France. Cependant, toutes les personnes dont le pays est la France (c’est-à-dire les citoyens) ont le droit de vote en France.

Citoyenneté et expulsion :

Si le gouvernement dispose d’un large droit d’expulser ses citoyens ou de les priver de leur citoyenneté ou de ne pas leur accorder la citoyenneté en premier lieu, il peut ignorer la population par ces actions et violer les droits fondamentaux. Ainsi, une personne ne peut être dépossédée de sa citoyenneté sans son consentement éclairé. Un citoyen ne peut être expulsé que pour un crime (le crime doit être directement lié au pays vers lequel la personne est expulsée) et après une procédure judiciaire en bonne et due forme, et ensuite seulement vers un pays où la personne conservera tous ses droits fondamentaux. L’octroi de la citoyenneté doit être presque automatique pour les personnes nées/créées dans le pays.

Engagement involontaire :

Les déplacements vers certains lieux sont limités ou impossibles, de sorte que le droit de choisir son lieu de résidence n’est pas un droit fondamental en soi. Toutefois, pour protéger les droits fondamentaux, les personnes (sauf en tant que punition d’un crime) ne peuvent pas être contraintes à se rendre dans un lieu particulier, à moins qu’il n’existe un besoin physique fort ou impérieux (dû à un danger pour soi-même ou pour autrui) de le faire ou que la personne soit accusée d’un crime grave et soit susceptible (c’est-à-dire avec une probabilité substantielle) de se soustraire au procès (ou de commettre d’autres crimes graves) si elle n’est pas contrainte. L’engagement doit suivre une procédure régulière pour les punitions (avec des révisions périodiques par les tribunaux si nécessaire), protéger les droits fondamentaux et (sauf en tant que punition pour un crime) ne pas causer de malaise excessif ; le gouvernement (sauf en tant que punition pour un crime) doit prendre des mesures raisonnables pour éliminer rapidement la nécessité de l’engagement. (Le contrôle des parents sur les enfants n’est pas soumis à toutes ces restrictions. Une guerre peut créer un besoin physique impérieux qui peut rendre constitutionnel un engagement involontaire limité). Si ces mesures ne sont pas suivies, l’engagement est une punition arbitraire et donc inconstitutionnelle. Une personne qui fait la guerre contre le pays peut être punie pour la guerre mais ne peut être privée de ses droits fondamentaux.

Peine de mort :

La peine de mort a été abolie en France en 1981.

Servitude involontaire :

La Convention nationale déclare que l’esclavage des Nègres, dans toutes les Colonies, est aboli ; en conséquence elle décrète que tous les hommes, sans distinction de couleur, domiciliés dans les colonies, sont citoyens Français, et jouiront de tous les droits assurés par la constitution.

Vie privée :

À l’heure actuelle, les tribunaux peuvent ne pas faire respecter tous les droits fondamentaux, et l’exercice de certains droits fondamentaux peut entraîner une discrimination extraordinaire de la part de la population. Par conséquent, à l’heure actuelle, la vie privée est un droit fondamental dans une mesure raisonnable. La vie privée protège les personnes contre la discrimination injuste pour une grande partie de leurs choix. La loi interdit les fouilles déraisonnables des personnes et de leurs biens et « effets ». Un recours typique en cas de violation par la police du droit à la vie privée consiste à empêcher que les informations apprises (à partir des violations) ne soient utilisées comme preuve pour punir la personne dont les droits ont été violés.

Pour que ce droit ait un sens, lors du procès, le défendeur a le droit constitutionnel d’exiger que le gouvernement présente publiquement les motifs des perquisitions, et de faire évaluer par le tribunal si les perquisitions sont légales. En outre, dans une mesure raisonnable, la confidentialité des votes lors d’une élection populaire est requise par les droits fondamentaux, car sinon des personnes privées seraient en mesure de violer le droit de vote en punissant ceux qui refusent de voter pour le candidat que les personnes privées soutiennent.

Les droits de l’enfant :

Pour être véritablement protégés, tous les droits fondamentaux de tous les individus doivent être protégés contre toute forme d’autorité. Puisque les enfants sont des personnes et que les parents sont une autorité, les droits fondamentaux des enfants ne peuvent être restreints par les parents. Les parents ne peuvent pas empêcher les enfants de donner ou de recevoir des informations (liberté de communication). Les parents ne peuvent pas punir les enfants sans un examen approprié des preuves et sans le droit de l’enfant de présenter des preuves (nécessaire pour les droits fondamentaux). Cependant, comme les enfants manquent souvent de compétences dans des situations de la vie réelle, les parents peuvent avoir un contrôle raisonnable sur leurs enfants (comme empêcher les enfants de manger trop d’aliments malsains sur le plan nutritionnel ou restreindre les activités dangereuses), à condition que les décisions puissent être révisées par les tribunaux (nécessaire pour empêcher le pouvoir arbitraire des parents). L’éducation étant essentielle pour la société, l’éducation de base est un droit fondamental.

Besoins fondamentaux :

Si le développement de la société se déroule comme prévu, la société pourra prévenir de grandes souffrances humaines et le droit à la satisfaction de tous les besoins fondamentaux deviendra fondamental. Les besoins fondamentaux sont la nourriture, un environnement adéquat, des soins médicaux et des possibilités d’avancement. À terme, la société pourrait être en mesure de prévenir la mort humaine et de rendre le droit à la vie vraiment inaliénable.

Démocratie, tribunaux et droits fondamentaux :

Pour éviter les restrictions par les lois, tous les droits fondamentaux doivent être inscrits dans la loi suprême par le peuple de tous les pays, et toutes les lois contraires aux droits doivent être nulles. Une loi qui viole un droit fondamental est intrinsèquement inappropriée et ne devrait donc pas être valide. Les arguments en faveur des droits fondamentaux sont subtils et complexes ; en soi, le public est susceptible de renoncer à certains droits pour satisfaire ses souhaits. Si le soutien du public aux droits fondamentaux est essentiel pour leur application, les décisions doivent être prises par les tribunaux, car les droits de l’homme sont individualisés et impliquent des questions juridiques complexes qui sont mieux interprétées par les tribunaux. Tout comme le droit à la démocratie ne donne pas au public le droit d’instancier un dictateur, il ne lui donne pas le droit d’adopter des lois qui restreignent les droits de l’homme. Les droits fondamentaux doivent être considérés comme un tout : Pour protéger efficacement un droit, il faut les protéger tous. Par exemple, le droit d’élire des dirigeants n’a pas de sens sans le droit de les critiquer ; le droit de critiquer n’a pas de sens si le gouvernement peut punir les gens arbitrairement. La démocratie est mieux définie comme un système de gouvernement où tous les droits fondamentaux sont satisfaits ; la plupart
Les pays non démocratiques donnent aux gens le droit d’élire leurs dirigeants, mais ce droit n’a aucun sens sans la protection des droits fondamentaux. Puisque les tribunaux interprètent la loi, ils décident de ce que la loi signifie légalement, et donc ils décident si la loi a une valeur juridique. Si une loi est en contradiction avec une loi supérieure, la première n’a pas de valeur juridique et ne peut donc pas être appliquée par les tribunaux.

Application des droits :

Heureusement, la Constitution française accorde explicitement tous les droits fondamentaux à tous les citoyens. Comme les droits fondamentaux n’ont aucun sens s’ils ne sont pas appliqués, le droit de faire appliquer les droits fondamentaux est un droit fondamental. Si les violations des droits fondamentaux par des personnes privées ne sont pas corrigées, les droits fondamentaux sont alors niés. Par conséquent, les personnes dont les droits fondamentaux ont été restreints (par un gouvernement ou une personne privée) ont le droit constitutionnel de voir leur plainte dûment examinée par un tribunal approprié, raisonnable (et impartial) et en temps utile. Pour que l’examen soit approprié, il doit inclure le droit à un procès public (toutes les preuves utilisées par le gouvernement doivent être publiques), le droit de présenter des preuves pertinentes et le droit à l’assistance consensuelle d’un avocat de son choix. Le tribunal doit accorder toutes les injonctions et les recours nécessaires pour préserver tous les droits fondamentaux.
La plainte peut être déposée par une personne différente de celle qui a été directement blessée lorsque celle-ci ne peut pas porter plainte correctement (si la victime est privée de sa liberté d’expression ou si la victime est un enfant ou un handicapé mental ou si elle est morte ou torturée). Dans le cas contraire, les droits fondamentaux ne seraient pas préservés.

Le droit à une certaine sécurité physique est, dans une certaine mesure, un droit fondamental car sans sécurité physique, les droits fondamentaux risquent d’être bafoués. Les gouvernements doivent donc prendre certaines mesures pour protéger la sécurité des personnes. L’application discriminatoire des lois peut également être réparée par les tribunaux.

Articles similaires

Importance des droits fondamentaux

Par définition, la préservation des droits fondamentaux est essentielle à la société. Les prétendus avantages de la négation des droits fondamentaux peuvent être illusoires ; les préjudices peuvent être arbitrairement graves. Autoriser une réduction dans tous les cas, même pour éviter l’omnicide, reviendrait à créer une procédure de décision sur le moment où il convient de réduire les droits fondamentaux, ce qui signifie à son tour une violation des droits de l’homme fondée sur une simple illusion de préjudice (par définition, l’illusion de préjudice est indissociable du préjudice ; la société est manifestement suspecte d’illusions), ce qui peut entraîner l’omnicide du déni des droits à la société. Les parties intéressées peuvent tromper le public et les tribunaux en leur faisant croire à l’existence d’un besoin urgent. Elles l’ont fait dans le passé. La procédure de décision pour la réduction des droits fondamentaux devrait être créée maintenant (lorsqu’il n’y a pas de danger évident d’omnicide), et puisque toute procédure qui permet des réductions des droits fondamentaux dans une société civilisée est inacceptablement dangereuse, la procédure requise est de ne jamais permettre de violations des droits fondamentaux. Toute tentative d’abréger les droits fondamentaux est vouée à l’échec. Heureusement, les droits fondamentaux sont très souples : Ils permettent la concentration du pouvoir dans l’exécutif lorsque cela est nécessaire ; la détention de personnes qui ne sont pas condamnées pour un crime peut être non arbitraire ; seul l’aspect de la liberté d’expression exempt de censure est absolu ; le droit à une alimentation parrainée par le gouvernement dépend de la situation économique ; et ainsi de suite. Cette flexibilité nous rappelle que les droits protègent la société (dans son ensemble) et qu’à long terme, ils protègent la sécurité nationale au lieu de la mettre en balance avec elle. Par conséquent, tous les droits fondamentaux doivent être accordés à toutes les personnes de toute société civilisée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.